Actualités

De la construction aux soins

Le sergent Claude Bélanger met a profit ses compétences en gestion de projets au service des personnes âgées et des travailleurs vulnérables durant la pandémie de COVID-19

Mi-mars, les journées de travail de Claude Bélanger, gestionnaire de projet chez Pomerleau, se sont brusquement arrêtées lorsque son chantier - une piscine communautaire pour les Premières Nations de Waskaganish, dans le nord du Québec – a fermé pour limiter la propagation de la COVID-19 dans le cadre des efforts du gouvernement du Québec.

Mais, contrairement à beaucoup de ses collègues de Pomerleau, Claude n’est pas resté chez lui en télétravail pendant le confinement. Il a plutôt complètement changé d’orientation.

Sergent Bélanger, réserviste aux Voltigeurs de Québec depuis 2005, s'est rendu à Montréal dans le cadre de l’opération Laser. Cette mission visait à faire intervenir des membres des Forces canadiennes pour venir en aide aux travailleurs de la santé débordés et apporter un soutien d’urgence aux personnes âgées vulnérables en établissement de soins de longue durée (CHSLD).

Claude et son peloton de 28 hommes ont été affectés au VIGI Mont-Royal, l’une des installations les plus touchées de Montréal. Lorsque les Forces sont arrivées sur place à la mi-mai, elles ont constaté une situation désastreuse : les tests de COVID de tous les résidants dans l’établissement étaient positifs et plus de 60 personnes étaient décédées.

Claude et ses collègues ont suivi une formation de trois jours, puis se sont mis au travail. « Mon rôle au quotidien est de gérer les différents aspects du travail de mon peloton. Pour l’instant, ma priorité est de garantir que nous disposons de suffisamment d’équipement de protection individuelle (ÉPI) pour faire notre travail en toute sécurité », dit-il. « J’évalue aussi tous les besoins, les ressources et le matériel, j’aide à la logistique, je m’assure que chacun connaît ses ordres et je distribue les tâches afin d’être le plus efficace possible. J’ai aussi commencé à travailler à la formation et à la préparation dans l’éventualité d’autres épidémies. »

Un quart de travail typique pour Claude comprend diverses tâches, dont la planification, l’organisation des repas et du transport de son peloton à l’hôtel, ainsi que le maintien d’un bon moral. Il souligne que son travail chez Pomerleau lui a permis de développer des compétences essentielles à cette mission.

« Mon travail consiste à trouver des solutions et à supprimer les obstacles afin que mes hommes puissent se concentrer sur leur travail. Cela ressemble beaucoup à la gestion de projets de construction complexes et à la résolution de problèmes de chantier chez Pomerleau. »

L’opération Laser est inédite pour de nombreux membres des forces armées, malgré leur formation et leurs compétences. « Nous sommes habitués à travailler dans des situations extrêmes comme les catastrophes naturelles, les inondations ou les feux incontrôlés. Mais cette pandémie est un phénomène totalement nouveau, qui a changé la donne en un jour », affirme Claude. « Nous avons dû adapter notre entraînement dans un cadre totalement différent. »

Cela dit, Claude peut déjà constater des changements positifs. « On sent que les choses s’améliorent. Il est très gratifiant de voir combien des gestes simples rendent les résidants heureux. Il suffit de peu pour faire une différence et améliorer leurs conditions de vie. »

« Je tiens à remercier les dirigeants du bureau de Pomerleau à Québec qui ont appuyé ma décision», mentionne Claude. « Je suis reconnaissant d’avoir pu prendre du temps pour utiliser mes formations dans les Forces et contribuer à améliorer la situation des résidants et du personnel des CHSLD. »